« Ma thèse en 180 secondes »: se rapprocher du grand public

Le jeudi 1er octobre avait lieu à Paris la finale internationale du concours « Ma Thèse en 180 secondes ». 16 doctorants issus de France, du Québec, du Sénégal, du Maroc, de Tunisie, du Burkina Faso, du Cameroun et de Belgique ont relevé le défi de résumer leur sujet de thèse en 3 minutes, top chrono!

« Des occasions comme MT180 permettent de démystifier le domaine de la recherche »

La finale était précédée de plusieurs moments de rencontre entre les candidats. L’occasion de faire connaissance et échanger des points de vue sur la recherche et la communication scientifique au sein de la francophonie (voir ci-dessous notre reportage réalisé à Paris).

« Des échanges enrichissants: en Tunisie, on n’a pas beaucoup l’occasion de côtoyer des chercheurs d’une autre discipline que la nôtre », explique Oussama Ben Salem, le représentant tunisien. Tous en sont convaincus: MT180 est une des initiatives importantes pour rapprocher les chercheurs du grand public. « Au Cameroun, les chercheurs semblent être une autre catégorie de personnes », explique Victoria Amba Esegni, « Des occasions comme MT180 permettent de démystifier le domaine de la recherche ». « En tant que chercheur, c’est important d’aller vers le public, car la majorité des financements proviennent du domaine public », continue la candidate québécoise (et diplômée de l’ULB) Odile Vekemans.

« Ce travail de vulgarisation et de présentation est aussi très important pour communiquer entre scientifiques »

Mais ces efforts sont aussi payants dans le travail du scientifique, comme l’explique la candidate de l’ULB Sophie Bauduin: « Ce travail de vulgarisation et de présentation est aussi très important pour nous, les scientifiques, pour communiquer entre nous. Car même entre chercheurs de la même discipline, on ne se comprend pas forcément. Je pense que les scientifiques devraient aussi prendre conscience de cette importance ».

Sophie Bauduin (Service de Chimie quantique et Photophysique, Faculté des Sciences) représentait l’ULB lors de cette finale: elle a présenté sa présentation intitulée « Cartographier la pollution de l’air depuis l’espace » devant le public de la Sorbonne. Mais c’est finalement un autre belge, Adrien Deliège (de l’Université de Liège), qui a remporté le 1er prix du concours. Félicitations à tous les participants!

Sophie Bauduin présente son sujet de thèse lors de la finale internationale du concours "Ma Thèse en 180 secondes". (crédit photo: MT180FR)

Sophie Bauduin présente son sujet de thèse lors de la finale internationale du concours « Ma Thèse en 180 secondes ».
(crédit photo: MT180FR)